Me dépenser

Retour aux articles

3 mn
La proprioception

Un 6ème Sens ? La proprioception

Par
professeur en activité physique pour la santé
Me dépenser 11.07.19

La proprioception se traduit par notre capacité inconsciente à percevoir la position exacte de notre corps en trois dimensions dans l’espace, même dans l’obscurité totale. Ce « 6e sens » est indispensable pour se déplacer et coordonner nos mouvements (marcher, courir, nager, sauter, se baisser...).

Pour se représenter en temps réel la position du corps, la proprioception fait appel à un système appelé « schéma corporel » qui constitue une représentation mentale du corps humain, de notre posture.

Posture = position statique

Position = mouvement dynamique

Travailler sa posture permet d’améliorer les positions.

La proprioception fonctionne grâce à des petits capteurs appelés « mécanorécepteurs » situés dans nos muscles, tendons et articulations. Ceux-ci envoient en permanence au cerveau des indications précises sur la position de notre corps et le degré d’étirement de nos articulations. Le cerveau réagit alors en contractant ou relâchant certains muscles, afin de rétablir notre posture et notre équilibre.

Bienfaits de la proprioception

-Permet de contrôler sa posture et ses mouvements

-Travaille le réflexe myotatique (réaction musculaire réflexe permettant de se rééquilibrer)

-Evite les blessures

-Permet d’avoir une meilleure connaissance de soi et de sa posture

-Renforce l’équilibre intérieur

-Améliore les connexions neuromusculaires

Situations pouvant altérer la proprioception

La fatigue musculaire : entraîne de mauvaises postures favorisant les risques de blessures. Par exemple, être assis trop longtemps cause de la fatigue altérant la proprioception au niveau du cou et des bras entraînant de mauvaises postures favorisant le développement de troubles musculo-squelettiques.

Une blessure : si une articulation est touchée (genou, épaule, cheville...), il est important de prendre le temps de la rééduquer afin d’éviter des récidives ou une perte de mobilité. Le cerveau va donc réapprendre à se positionner dans l’espace pour avoir la posture, la flexibilité et la mobilité adéquate.

Une malformation : Par exemple une scoliose va créer une asymétrie dans la posture et donc modifier la proprioception. Une personne dont la posture est asymétrique pourrait sans s’en rendre compte mettre beaucoup plus de poids sur un pied que l’autre et par conséquent créer des lésions sur l’articulation sur-sollicitée.

La sédentarité : Cela va entraîner un déconditionnement du corps, des muscles, des tendons, des ligaments, de la densité minérale osseuse et donc des mécanorécepteurs. Celui-ci mènera très certainement à des postures inadéquates, à des blessures et des chutes.

Exercices pour travailler sa proprioception

Le développement de la proprioception passe par des exercices tels que :

  • La réalisation de mouvements lents et contrôlés (balancé, flexion, extension) en position d’équilibre sur un pied. Les montées et descentes peuvent faire l’objet de temps d’arrêt et de stabilisation.
  • La réalisation des exercices avec les yeux ouverts puis fermés.
  • L’utilisation d’accessoires tels que mini-trampolines, gym-ball, coussin de proprioception... pour diversifier et augmenter la qualité du travail.

Exercice 1

Sur une surface plus ou moins instable (sol, tapis, coussin, coussin de proprioception...), restez en équilibre sur un seul pied. Vous pouvez effectuer un mouvement de balancier avec l’autre jambe pour travailler de manière plus dynamique. Puis changez de jambe.

Exercice 2

Sur une jambe, avancez grâce à un petit saut pour atterrir sur l’autre jambe. De cette sorte, vous pouvez réaliser quelques pas en sautant, avec une longueur plus ou moins importante. Cela travaillera la stabilité de vos chevilles. Puis changez de jambe. Essayez cet exercice pieds joints ou à reculons.

Exercice 3

Sur une surface instable, écartez vos jambes à largeur d’épaules. Tout en gardant l’équilibre, fléchissez les jambes pour faire travailler la stabilité des genoux.