2 mn
Le langage et l’éveil au monde

Le langage et l’éveil au monde

08.08.19

L’acquisition du langage commence en réalité avant même la naissance. Baigné dans un monde sonore et rythmique, le bébé se familiarise avec la voix de sa mère dès le 6ème mois de grossesse. Dès la naissance, il reconnaît la mélodie de sa langue maternelle et dès 4 mois, il distingue son prénom d’un autre du même nombre de syllabes. Le voilà prêt à babiller pour découvrir le monde !

Le langage pour communiquer

Cela paraît évident, mais si on ne s’adresse à son bébé que pour lui changer sa couche ou lui dire de dormir, il n’aura guère l’envie de poursuivre la conversation. Pour l’inciter à communiquer, parlez-lui comme à une personne, avec une prosodie adaptée certes (plus lente et plus articulée), mais en distinguant le je et le tu (éviter le « on va faire dodo »), sans parler de vous à la 3è personne (oublier « Maman va travailler ») et en choisissant du vocabulaire simple mais juste (aux oubliettes « la meuh meuh » pour désigner la vache). Et intéressez-vous à lui. Car, comme le rappelle la linguiste Mireille Brigaudiot, « même si un enfant est programmé pour parler, le processus d’acquisition de la syntaxe et du rapport du monde se joue entièrement dans la relation affective avec les parents. »

Le langage pour construire son monde et sa personnalité

Le langage permet aussi à l’enfant de fixer son environnement. Il associe des mots à des situations concrètes, à des personnes, à des objets familiers pour se construire un petit monde confortable et rassurant. N’hésitez pas à changer de voix et de mimique quand vous lui parlez. L’association mot / son / visuel l’aide à intégrer la palette de sentiments à sa disposition pour interagir. Si je fais ça, maman est en colère ou au contraire elle me sourit. C’est par le langage que se construit sa personnalité. Il comprendra et maîtrisera mieux les émotions sur lesquelles il sait mettre des mots. Saisissez chaque bout de phrase qu’il prononce pour le développer, le prolonger, faire des ponts avec des expériences antérieures. « À chaque fois que la maman paraphrase, elle fait référence à du connu et cela permet au petit de raccrocher ensemble les morceaux de monde », reprend Mireille Brigaudiot.

Le langage imaginaire pour s’ouvrir au monde

Mais le langage imaginaire a aussi un rôle à jouer dans le développement de l’enfant. Lui raconter des histoires le fait voyager, découvrir des lieux ou des situations qu’il ne connaît pas encore. Passer par un album sur le premier jour à la crèche ou la naissance d’un petit frère peut par exemple l’aider à appréhender ces moments importants, en les vivant par l’intermédiaire des personnages. Et puis par l’imaginaire, « il se crée un monde qui lui est propre, sans les barrières que lui impose la réalité et dans lequel il va pouvoir expérimenter sa capacité à faire face à des situations inconnues. » explique le pédiatre Jacques Langue. Nourrissez sa curiosité : il ne demande que ça.

Source(s)

- Interview de Mireille Brigaudiot donnée à Natacha Czerwinski en février 2016 pour Graines de parents

- « De 4 à 5 ans, entre imaginaire et compréhension de son monde », article du Dr Jacques Langue pour le site www.mpedia.fr