3 mn
Détecter la dépendance

Détecter la dépendance

18.04.19

Une jambe dans le plâtre, ça change le quotidien. Hier vous galopiez dans les escaliers et voilà qu’aujourd’hui il vous faut une minute pour vous extirper du canapé. La perte d’autonomie, fût-elle provisoire, remet les pendules à l’heure. Elle nous fait comprendre que nul n’est à l’abri d’un accident de la vie. Et que les seniors méritent toute notre attention.

Si la définition de la perte d’autonomie est claire "être dans l’incapacité d’effectuer des gestes simples de la vie quotidienne" , sa matérialisation prend quant à elle des formes très différentes. Pour l’un se sera une perte d’audition, pour un autre des vertiges, pour un troisième la mémoire qui flanche suite à un AVC. Ces exemples illustrent l’étendue du sujet. A cela s’ajoute l’origine du problème. Accident ? Maladie ? Vieillissement ? En effet, la dépendance peut toucher aussi bien l’adolescent qui se brise le poignet en skate-board, sa mère qui se brûle en sortant précipitamment la dinde du four que n’importe quel jeune actif victime d’une maladie dégénérative. Malgré tout, la dépendance touche d’abord les seniors.

Des signes avant-coureurs

La dépendance se détecte. Pour ça, il faut être attentif aux moindres changements de comportement. Il est prouvé qu’un senior qui s’isole a des troubles articulaires, voire des problèmes d’audition. Afin d’aider les familles à établir un diagnostic, des professionnels ont établi une grille AGGIR qui passe au crible dix activités de la vie quotidienne. Objectif : déterminer le niveau de dépendance en posant des questions du type : « [La personne] est-elle capable de choisir elle-même ses vêtements ? » ou encore « Peut-elle avoir des conversations logiques ou a-t-elle parfois des troubles de la pensée ?  » Sachez aussi que des organismes sont là pour vous aider dans vos démarches.

A vos agendas !

La perte d’autonomie est souvent la conséquence d’un laisser-aller. En quelques mois, si vous ne faites rien pour combattre la solitude, vous courrez droit à la dépression. A vos agendas donc ! Un peu de tai-chi le lundi, du yoga le mardi, de la marche nordique le mercredi, des jeux de société le jeudi, des conversations soutenues avec un proche ou un aidant le vendredi. Et le week-end ? Place aux ateliers participatifs et au monde associatif. Les seniors ont de l’expérience à revendre !

La France des seniors (1) 

  • L’espérance de vie est de 78,4 ans pour les hommes et de 84,8 ans pour les femmes. En 2060 ces chiffres devraient passer à 86 ans pour les hommes et à 91,1 ans pour les femmes.
  • On compte 15 millions de Français âgés de 60 ans et plus. 20 millions en 2030, 24 millions en 2060. Les plus de 85 ans passeront de 1,4 million aujourd’hui à 5 millions en 2060.
  • 8 % des plus de 60 ans sont dépendants, 20 % des plus de 85 ans.
  • L’âge moyen de perte d’autonomie est de 83 ans.
  • On compte 1,2 million de bénéficiaires de l’APA (Allocation Personnalisée à l’Autonomie) dont 60 % à domicile et 40 % en établissement.
  • 62 % des aidants familiaux sont des femmes.
  • En 2010, la dépense publique consacrée à l’autonomie est de 24 Mds d’euros : 14 Mds pour le financement des soins, 5,3 Mds au titre de l’APA et 2,2 Mds pour l’hébergement.
Source(s)

(1) source 2018 : ministère des Solidarités et de la Santé