3 mn
Choisir un sport avec son ado

Choisir un sport avec son ado

07.02.19

Cet article permet de connaître les effets du sport sur le développement de l’enfant. Il propose des stratégies pour l’aider à choisir un sport et précise les recommandations officielles en matière de pratique sportive quotidienne pour les adolescents.

La pratique d'un sport est-elle indispensable au développement ?

Le sport permet à l’enfant de se dépenser physiquement et de lutter contre l’obésité et le surpoids. Il aide aussi la coordination de certains gestes et lui fait prendre conscience de son corps dans l’espace.

Il permet aussi de se défouler, de canaliser l’agressivité, de maîtriser l’attention et de lutter contre l’hyperactivité.

Une pratique sportive régulière est associée à une meilleure santé mentale : meilleur contrôle des effets du stress et de l’anxiété, réduction des symptômes de la dépression et même des idées suicidaires chez les adolescents.

Elle permet de développer la persévérance, l’adaptation à de nouvelles situations et à de nouvelles personnes.

L’éducation physique et sportive est au programme scolaire dès le plus jeune âge. Une pratique complémentaire dans les associations sportives ne peut que renforcer le rôle de l’école.

Quel sport à quel âge?

De dix ans à la puberté, le goût d’apprendre et la capacité de concentration sont plus importants. La pratique d’un sport individuel peut être envisagée : tennis, athlétisme, gymnastique rythmique et sportive, danse, escalade, escrime, aviron, etc. Les sports de combat et les sports collectifs peuvent également être pratiqués : arts martiaux, football, handball, basket-ball.

Un entraînement plusieurs fois par semaine dans le but de participer à des compétitions est tout à fait possible mais doit être encadré par un éducateur sportif diplômé afin de rester bénéfique au développement de l’enfant. Les parents inquiets pour la santé de leur enfant doivent en parler à l’entraîneur et au médecin.

Il est recommandé de tenir compte de la motivation de l’adolescent, comme de celui de son entourage, afin de favoriser le plaisir d’être actif au quotidien. Ceci est particulièrement important auprès des adolescentes qui ont tendance à arrêter massivement leur pratique sportive.

Pour un enfant de nature turbulente, un sport qui demande un engagement physique comme le judo, la gymnastique, le cyclisme, le hockey, l’athlétisme ou encore la natation est recommandé. Pour les timides, les sports de combat ou les sports collectifs pourront aider à s’ouvrir aux autres. Mais il n’y a pas de recette magique en la matière.

Il faut parfois plusieurs essais...

Si la pratique approfondie et continue d’un sport permet de développer la persévérance, de se fixer des buts et de trouver les moyens d’y parvenir, il n’est pas toujours facile de trouver tout de suite le sport qui va convenir à l’enfant.

Une stratégie peut consister à lui permettre d’essayer plusieurs activités sportives en l’inscrivant tout jeune à un club ou à une école multisports qui lui permettra de pratiquer toute l’année une multitude d’activités sportives. La diversité des sports pratiqués va lui permettre de développer diverses compétences et de choisir le sport qui lui convient le mieux.

Il est possible de se mettre tardivement à un sport collectif ou à un sport individuel orienté ou non vers la compétition. Gardons à l’esprit qu’il n’est jamais trop tard pour profiter des bienfaits du sport.

Où se renseigner ?

On peut se renseigner auprès de la mairie afin de trouver les associations sportives à proximité du domicile familial.

Certaines villes, plus grandes, ont une maison des associations ou des offices municipaux des sports (OMS) permettant de connaître précisément les activités physiques et sportives disponibles.

Les associations participent annuellement à des forums organisés par les communes en début d’année sportive. Les éducateurs sportifs ou les dirigeants sont à même de renseigner sur les lieux et horaires des cours proposés.

Il est aussi possible de s’informer auprès des comités départementaux des fédérations sportives.

Source(s)

- Organisation mondiale de la santé (OMS)

- Le Plan national de prévention par les activités physiques ou sportives (PNAPS)

- Le programme national nutrition santé (PNNS)

- Le certificat médical de non contre-indication à la pratique sportive

- Le ministère des sports

- Expertise collective de l’INSERM sur l’activité physique (INSERM)