Bien manger

Retour aux articles

4 mn
Le flexitarisme, un nouveau mode de consommation ?

Le flexitarisme, un nouveau mode de consommation ?

Par
ingénieure en alimentation et santé
Bien manger 28.06.19

Le régime flexitarien peut être une réponse adaptée aux évolutions de notre monde moderne et de notre alimentation.

Quelle est son origine ?

Le terme « flexitarisme » est apparu dans les années 90 aux Etats-Unis, par Mark Bittman suite à ces actions militantes sur les conséquences de la production industrielle de bœufs et volailles.

Aujourd’hui, il s’agit d’un nouveau mode de consommation visant à privilégier les fruits et légumes et les protéines végétales et à diminuer la consommation de viande bien que de meilleure qualité.
C’est également un terme marketing visant les végétariens à temps partiels recherchant une alimentation de meilleure qualité mais avec diverses motivations : manger plus sainement, plus écologique, plus local, plus économique.

Les différents scandales autour de l’alimentation ont poussé les consommateurs à être méfiants et donc à rechercher plus de transparence et de sécurité alimentaire. Ainsi, ces consommateurs ont cherché à redécouvrir de nouvelles saveurs en allant vers certains légumes anciens parfois oubliés, en cuisinant les légumineuses, en augmentant leur consommation de fruits et légumes tout en réduisant la consommation de viandes et produits carnés dont l’image a été dégradée entraînant la naissance d’un nouveau comportement alimentaire baptisé le « Flexitarisme ».

Sommes-nous tous un petit peu flexitarien ?

34 % des personnes interrogées par le cabinet d’étude Kantar en septembre 2018 se déclaraient flexitariennes.

Le flexitarien n’est pas un végétarien faisant quelques écarts, il s’agit d’un consommateur responsable qui se dirige vers des produits de qualité, des viandes de race noble, des viandes maturées permettant de développer une culture du goût et des bons produits. Le consommateur préfère payer un peu plus cher ces produits quitte à en consommer moins et augmente sa consommation de végétaux avec une certaine gastronomie. L’ajout de légumineuses pour réduire sa consommation de viande est de plus en plus fréquent de par leurs bienfaits, leur côté rassasiant et gourmand associant gourmandise et plaisir.

Les consommateurs sont curieux de connaitre l’origine et la traçabilité des produits qu’ils ingèrent, tout en se souciant de l’engagement sociétal et environnemental lié aux conditions de production et de transformation permettant de tisser une relation de confiance entre les membres d’une filière et les consommateurs.

Le flexitarisme ne concerne pas seulement les consommateurs. Il est aussi pour les éleveurs, abatteurs, restaurateurs, bouchers etc. une opportunité d’échanger sur le sens et les valeurs de leurs métiers en ouvrant leurs portes.

Le régime flexitarien, quels atouts ?

Il est bon pour la santé. Une consommation de viande trop élevée peut entraîner des problèmes cardio-vasculaires. A l’inverse, la consommation de végétaux permet de consommer davantage d’eau, de vitamines, de minéraux, de fibres…  et en consommer plus est en phase avec les recommandations du Programme National Nutrition Santé.

Il est bon pour le porte-monnaie. En effet, réduire les quantités de protéines animales et augmenter les protéines végétales (légumineuses, céréales …) permet de faire quelques économies.

Il favorise une diversité alimentaire permettant aux plus jeunes de découvrir de nouvelles saveurs (lentilles, quinoa, épeautre, sarrasin, …).

L’environnement vous dit merci. En mangeant moins souvent de la viande, on peut privilégier une meilleure qualité et une viande produite par des producteurs engagés.

L’industrie agroalimentaire n’a pas tardé à élargir sa gamme de produits

En effet, les industriels ont exploité cette nouvelle tendance pour créer de nouveaux produits. On voit désormais dans les rayons des aliments de substitution de la viande : steak de soja, tofu…, produits élaborés à base de légumineuses, assiettes riches en légumes pour des plats colorés et gourmands.

De plus en plus, les légumineuses sont utilisées en alternatives à la viande grâce à leurs richesses en protéines et leur côté rassasiant par l’apport en fibres. De plus, les nouvelles recommandations du Plan National Nutrition Santé 4 (2019 – 2021) conseillent de réduire la consommation de viande (hors volaille) et d’augmenter sa consommation de légumes secs (lentilles, haricots, pois chiches) pour une alimentation plus saine et responsable.

N’oubliez pas, pour votre santé, associez une alimentation variée et équilibrée, à un mode de vie sain.